Categorías
sites-de-rencontre-asiatiques app

A votre homme, croise dans un bar un samedi jour.

A votre homme, croise dans un bar un samedi jour.

L’alcool de tristesse dans ses yeux.

Les larmes dans la voix, dans le cou et sous ses lunettes embuees, il montre son courrier en Prefecture lui indiquant qu’il a trente jours Afin de quitter le sol francais. Le pays, il ne est en mesure de gui?re y retourner. Dans son pays, bien et cela l’attends c’est la prison. Une bri?ve cellule humide, un rayon de soleil qui s’invite souvent, la-haut, et qui vient chatouiller les barreaux d’une petite fenetre. Petite fenetre qui de moment en a nouvelle, accueille votre visage desole, le regard au loin. Un visage qui aspire le dehors et une bri?ve fenetre qui n’est jamais assez grande pour rafraichir la figure de l’homme. Un peu de vent, de soleil et de sel, c’est tout ce qu’il demande. Mais une telle toute petite fenetre peine a lui offrir et revue des sites de rencontres asiatiques elle en est desolee.

J’essuie les larmes de l’homme, je lui susurre a l’oreille les quelques mots en arabe que je connais. Ma langue, qui prononce ces mots, fait des vagues et invite quelque peu d’une mer et des gens de la-bas. Di?s qu’il entend ces plusieurs mots maladroits, il s’effondre davantage et j’ai aussi en face de moi le petit garcon qui passait ces dimanches au soleil, sur les routes de pierres effritees, avec ses amis et de temps a autre, un ballon, un velo et puis beaucoup de reves surtout.

Je ne pourrais pas grand chose Realiser Afin de lui, je lui dis d’aller voir une assistante sociale, 1 avocat. Tous ces gens qui sont la et qui essaient tant beaucoup que en gali?re d’executer une activite qui s’essouffle jour apres jour. Parce que le gouvernement vient tailler, couper et rapiecer la moindre brindille, la moindre herbe folle, sous nos pieds de l’ensemble de ces internautes qui ne demandent qu’une chose : aider des autres et avoir la faculte de le faire.

Je ne peux que dalle Realiser Afin de lui et ca m’empeche de respirer, aussi je m’en vais sans dire un mot. J’ai jamais trop adore les adieux. Je lui aurai bien propose d’aller dormir avec moi au paradis blanc, mais Jacques Berger, ne nous a jamais vraiment indique ou i§a se trouvait.

Call Now Button